Test de l’ Asus Zenfone 2 (ZE551) : un phablet ne manque pas de ressources !

Performance et des prix bas vont rarement ensemble mais certains fabricants parviennent encore à combiner les deux. OnePlus Est probablement l’un des meilleurs dans ce jeu avec son One. Asus maintenant tenter sa chance avec le ZenFone 2, dont la version la mieux équipée de (ZE551) prend des airs de smartphone haut de gamme, mais pas le prix qui plafonne à 349 €. Une aubaine à première vue, mais ce qu’il est vraiment ?

Le ZenFone 2 nous a fait forte impression lors de son annonce CES en Janvier en plus dans notre emprise créé à l’occasion de son lancement français. Asus Semble enfin prêt à laisser le côté des hybrides de se concentrer sur un format simple mais si riche en possibilités. Ensemble, et tout semble fonctionner tous. La lecture multimédia, la navigation sur Internet, la photographie sont autant de domaines dans lesquels nous avons été agréablement surpris.

Il faut dire que nous pourrions jouer avec la sortie mieux car beaucoup sont prévus. Le plus modeste ZE500 numérotée et équipé d’un écran et HD 5′ Intel de _13_ 1,6 GHz, est déjà disponible dans le même prix 179 €. suivra en Avril, avec l’écran 5 5′ 1,8 GHz et Intel _13_ annoncé Prix € 249 puis dans ZE550 HD Mai, ZE551 Full HD avec affichage 5, 5′, Intel GHz _13_ 2,3 et 4 Go RAM de prix annoncé 349 €.

Ce est sur ce dernier qui était sur les lignes de front de ce test et l’autre depuis le temps est venu d’aller un peu plus loin pour confirmer, ou non, nos premières impressions. Enfin, presque. Revenons d’abord sur la totalité de sa fiche :

Avant de découvrir cet équipement au moins prometteuses en action, nous allons, comme toujours, nous sommes intéressés dans le châssis qui l’abrite. Petit forces de catégorie (pour), il est entièrement en plastique. Et ce est peut-être tout aussi bien donné déjà élevé poids Zenfone 2. 170 Avec grammes sur la balance, il se sent bien dans la poche. Il est cependant moins ennuyeux dans la main depuis le format 5 5′ conception distribue. Encore faut-il être capable de tenir correctement, bien sûr. Et ce ne est pas gagné tant que vos mains sont petites, voire de taille moyenne. En bref, ce est un phablet.

Et enfin, un même puisqu’Asus jolie phablet néanmoins traité l’apparence de plastique. A l’avant, on trouve une bande mince sous les touches de navigation Android bordant l’écran. Il est noir, indépendamment des couleurs choisies lumière Élégamment gris (noir,, rouge ou or), et reflète le long des stries circulaire. Nous retronvons évidemment haut-parleur pour les appels, webcam et capteur de luminosité / proximité contraire. L’ensemble est entouré d’un cadre brillant qui descend jusqu’à environ la moitié des tranches.

Le couvercle va se cacher l’autre moitié. Notez que les bords latéraux sont extrêmement fines, ce qui peut expliquer les commandes de volume ont été placés sur le dos. Une petite encoche pour enlever le couvercle plus ou moins facilement accès aux deux sites (afin et les cartes microSIM microSD) est toujours présente sur la droite. Rien d’inhabituel en haut et en bas, où l’espace est amplement suffisante pour accueillir le bouton d’alimentation, prise casque et le microphone un peu dans le premier cas et le port microUSB et un autre microphone dans la seconde.

Nous arrivons ensuite à l’arrière, où l’on voit un peu plus clair sur le motif qui orne le capot. Un faux assez habile en métal brossé. Nous avons déjà mentionné la présence des commandes de volume. Ils sont plus précisément dans le centre et dans l’appareil, également identifié par un double éclair jusqu’à LED. En bas se trouve un grand barbecue pour le haut-parleur. Asus Opté pour une surface très arrondie pour faciliter la manipulation, mais il faut reconnaître qu’il ne est pas encore optimale.

L’emplacement du bouton d’alimentation ne est pas très ergonomique, l’appareil est assez grand. Nous regrettons en particulier que les bords latéraux de l’écran ne ont pas été réduits plus que le G3 LG de que nous trouvons par d’autres aspects. Les contrôles dorsales et motif métallisé bien sûr, mais aussi la qualité du travail, presque sans faille.

Ces quelques faiblesses ergonomique cependant, sont compensés par le confort d’affichage assurée par la dalle IPS+ Zenfone 2. qui équipe le 5,5 Ses pouces de diagonale et sa définition 1920 1080 x pixels font de toute évidence un grand soutien pour toutes les activités médias, la lecture de vidéo sur le web de consultation pages.

Ne gâchez pas, nous avons également trouvé une belle palette de couleurs avec des contrastes marqués servi mais pas beaucoup. On note la présence d’un outil de paramétrage à modifier la température, teinte et saturation pour les plus exigeants. Les angles de vision sont ouverts sur tous les côtés. Seule la lumière, il est quelque peu défaut, ce qui entrave la lisibilité en plein soleil.

Android Lollipop Est aussi son meilleur, à peine caché derrière l’interface ZenUI Asus de cette version ici 1.4. Ce dernier est plutôt effet de lumière graphiquement comme il modifie certaines applications du système. Il est évidemment possible de personnaliser l’interface des icônes d’auto-(thèmes,, effets de transition), mais la nouvelle zone de notification imaginé par Google est bien conservé, comme le multitâche gestionnaire à la présentation de tableau. Le Taïwanais a préféré se concentrer sur la pratique plutôt que l’esthétique et ce est très bien.

Il fournit ainsi plusieurs fonctionnalités telles que sympatiques Double Tap pour éviter une entorse son pouce en essayant d’atteindre le bouton d’alimentation pour réveiller le smartphone. Il est également possible de dessiner des lettres sur l’écran hors de lancer directement les applications (comme C, pour la caméra). Il ya aussi une fonction intelligente Dossier dans le menu principal pour automatiquement regrouper les applications installées par catégories (communication, jeux Musique et audio, etc …).

Cela se manifeste également dans les applications pré-installées, comme beaucoup ont été ajoutés pour compléter le Google Play suivante. Certains viennent même avec un widget comme What’s Next, petite boule de cristal de Asus qui comprend les événements à venir, Do It Later, pour les rappels de choses à faire, ou pour SuperNote, un outil de prise de notes avec assez de saisie au clavier complet ou de diffusion, des photos d’intégration et synchronisation le nuage.

Vous trouverez également les outils d’entretien habituelle mise à jour (support,, synchronisation, économie d’énergie, etc.), un magnétophone, un miroir, une lampe de poche, des éditeurs pour faire des collages et de courts clips vidéo_un photo, en plus de certaines applications ‘cousu’ à troisième éditeurs tiers tels que Dr. sécurité, jeux Trip Advisor Omlet Chat.

Du ou secondaires, nous avons publié l’artillerie lourde: Modern Combat Dead Trigger 5 et 2 avec le profil graphique le plus gourmand. Dans les deux cas, nous avons pu jouer sans problème. Et nous ne cachons pas notre plaisir sur un tel écran. Notez cependant que la chaleur smartphones un peu, mais rien de bien méchant. Dommage Également que le haut-parleur est mal placée dans le dos et il manque un peu de puissance. Quant à l’écran, les paramètres et profils pour différents cas d’utilisation sont disponibles, mais il ne est pas suffisant.

Après avoir lu tout comme toujours la lecture, et nous devons reconnaître que le ZenFone 2 se porte bien en dépit d’un nouveau matériel plutôt modeste aux normes existantes. Le capteur principal atteint une résolution 13 mégapixels et est livré avec un double flash LED. Les secondes 5 mégapixels. Pas de stabilisation optique. Mais Asus PixelMaster se appuie sur sa technologie pour se démarquer dans des conditions d’éclairage difficiles, la principale faiblesse de smartphones de photos.

Notez qu’il ne est pas actif depuis Bureau a pour effet de réduire les instantanés de résolution à 3 mégapixels. De mieux à faire sans, si possible. Sinon, il sélectionnera Eclairage faible parmi les nombreuses façons de tir disponibles dans l’application dédiée que nous avons trouvé assez bien ruiné. Mention spéciale pour le mode manuel avec viseur plein (mise développé, histogramme de niveau, etc.) et ses régalges facilement accessible.

Le mode de HDR est évidemment présente. A noter également la présence de champ Profondeur modes pour le fameux effet bokeh Selfie pour déclencher automatiquement après la détection d’un nombre prédéterminé de visages ou smart Retrait pour enlever invités surprise. Le mode vidéo est cependant beaucoup moins complète et la résolution est ici limitée à Full HD. Dommage Au moment de 4K.

Qu’en sur les résultats? Eh bien, encore une fois, nous avons été agréablement surpris. Premièrement, dans la lumière du jour que nous sommes arrivés coups assez détaillées (malgré contours peu grossières), bien exposés et fidèles dans la reproduction des couleurs. Mais il est bon en basse lumière que Zenfone deux plus nous a surpris. Activez la technologie PixelMaster et la commutation de la nuit au jour. Certes, la caméra se est considérablement ralentie (oubliez scènes d’action) et la résolution est réduite, mais le gain de luminosité que compenser. Ce est comme le UltraPixel à la carte.

Si les premières impressions sont souvent trompeuses, celui que nous avons quitté le ZenFone 2 ne était pas. Asus A vraiment fait un bon travail dans ses deux choix esthétiques dans la sélection des composants. Le résultat est un smartphone élégant et polyvalent. Ne gâchez pas, l’autonomie est assez décent avec un bon jour d’utilisation, ou même plus pour moins gourmand. Et cela pour seulement € 349 (et même 299 € pré-commande).

Ce est un autre excellent phablet qui pourrait bien compliquer le choix déjà difficile entre One de OnePlus et MX4 proposition du Meizu. Deux très proche Zenfone 2, peut-être un peu plus cher et encombrant, mais avec quatre Go RAM de, da meilleur appareil photo et Lollipop sortant de la boîte.

Author: Daniel

Partager cet article sur