L’avenir Beats Music d’Apple sous l’œil vigilant du régulateur américain

Deux autorités américaines étudieraient actuellement le lancement de la nouvelle Beats Music. Ils ont entamé des discussions pour évaluer le risque anticoncurrentiel qu’elle représente. Et cela pourrait remettre en cause son lancement prochain.

Depuis l’acquisition de Beats Electronics (Beats Audio et Beats Music) par Apple là un an, tous les flux (iTunes _10_ industrie inclus) se demande à quel jeu joue Tim Cook. Cupertino Parce que l’entreprise est assez puissant pour parler vaguement avec les majors (afin assurer quelques exclusivités comme le dernier album de U2) et de proposer non seulement un service économique (les rumeurs parlent de 8 euros par mois au lieu de l’habituel 10), mais parfaitement adapté au mobile OS, laissant peu de preuves à la concurrence. Et ce est précisément pour assurer la libre concurrence que le régulateur américain a décidé de se impliquer dans ce lancement.

New York Post, Selon le Département américain de Justice et la Commission fédérale du commerce aurait pris plus le cas. Ils mènent actuellement une enquête de la musique de marché du cloud, en commençant par les majors de la musique et des diffuseurs. Le contenu des accords avec Apple aurait été chargé par le procureur général New York, Eric Schneiderman. Si l’accord est considéré comme trop favorable à Apple et Beats Music, il pourrait les exposer à des anti-concurrentiel.

Pourquoi? Les craintes des autorités américaines serait qu’Apple pousse les majors de cesser d’accepter de confier leurs catalogues aux diffuseurs de streaming se appuient sur le modèle freemium (un accès réduit, mais un abonnement complet, gratuit et payant). Diffuseurs comme Spotify, Deezer, YouTube. Jimmy Iovine, mais aussi en charge du développement de la nouvelle Apple Beats Music, n’a jamais été un fan de freemium, veut lancer un payer intégralement offrir (quid évidemment iTunes _10_) et ne serait donc compter sur la puissance de Apple à museau la libre concurrence. Et ce est évidemment interdit.

Nous sommes évidemment pas là. Mais ce cas est similaire à deux autres événements qui nous poussent à réfléchir sur la possibilité de contester les accords entre Apple et majors. Premièrement, Apple eu aussi une récente altercation avec le département de Justice. Apple A en effet été reconnu coupable d’entente anticoncurrentielle et illégale avec les éditeurs littéraires pour fixer les prix des e-books. Bien Apple appel, donc il y avait un précédent.

Puis la Commission européenne sur la libre concurrence, homologue à FTC notre côté de l’Atlantique, a également pris il ya un quelques jours le dossier de recherche similaire. Le fait que deux gouvernements se impliquent montre éventuelles difficultés juridiques Apple. La menace ne est pas seulement à États-Unis, mais deux territoires. En outre, le calendrier des deux actions semble trop parfait pour être une simple coïncidence.

Une source New York Post, Apple les adversaires ont sagement soufflé l’idée quelques oreilles très attentif. L’idée est évidemment de mettre en Apple judiciaire et administrative assez complexe de la situation pour donner du poids à cette concurrence doit aussi négocier le renouvellement de la licence catalogues des majors. Si Cupertino est pas là pour soutenir le modèle haut de gamme, il serait plus facile de mettre une signature.

Il ya deux semaines, nous avons rapporté dans nos colonnes qu’Universal Music Spotify souhaite imposer la restriction de son service gratuit. Et le renouvellement des accords est dans la balance. Bien entendu, chaque coller sur ses positions, chacune pesant fortement sur l’activité de l’autre. Impossible de ne pas faire le lien avec ce nouveau cas. La question est de savoir si cette manœuvre affectera Universal Music, sur Beats Music. Il aura certainement un impact sur le marché de streaming en général.

Author: Daniel

Partager cet article sur