Essai Samsung Galaxy A7 : un smartphone de milieu de gamme qui vise premium

Le Samsung Galaxy A7 est le plus grand de sa gamme, mais aussi le mieux équipé avec son Full HD écran et octa-core chipset. Le tout, toujours confiné dans une structure métallique. Reste maintenant à espérer que des améliorations seront égaler le prix également plus élevé.

Un design haut de gamme au Samsung a été presque devenu inattendue après le lancement du Galaxy S5 début 2014. Pourtant. À la fin de la même année, le métal vêtu nouveau haut de gamme Coréen, et même certains médiums réunis sous la lettre A. Ils étaient alors deux. Un troisième a depuis rejoint la gamme pour les amateurs de phablet: l’Galaxy A7, disponible depuis Mars dans _13_ design est pas tout, mais vous le savez déjà si vous prenez la peine de lire le test. Nous étions un peu déçus de la prestation globale des Samsung avec Galaxy A5, que nous avions jugé un peu la performance de lumière pour le prix. Nous espérons trouver un meilleur équilibre avec le Galaxy A7. Le prix est un peu plus élevé, environ € 450 mais la fiche de données est également mieux fourni.

Comme toujours, nous allons commencer ce test avec la conception et elle tombe en particulier dans le cas de Galaxy A7 depuis ceci est évidemment son principal argument de vente. Et il est pas difficile de comprendre pourquoi. Il faut évidemment le métal, autour et à l’arrière, mais aussi une simplicité qui nous ne devons pas nécessairement l’habitude Samsung fioritures plutôt adepte. Vous pourriez dire qu’il a tout essayé avec du plastique: brillant, texture, ou recouvert en simili cuir avec ou sans couture … Ici, le métal est traité avec soin et élégance. Noir Notre modèle a attrayante bleutée sur une surface parfaitement lisse. Rappelons que deux autres couleurs sont disponibles: blanc et or.

En observant de plus près, on trouve encore un motif pointillé imprimée sur la vitre avant, mais reste assez calme. Certes Samsung ne lui a pas laissé trop d’espace non plus puisque les frontières sont assez étroite autour de l’écran. Ils sont évidemment plus sur les côtés qu’au sommet, où il était nécessaire d’insérer un peu d’espace pour le haut-parleur et plus différents capteurs (luminosité, proximité, webcam), et au-dessous, où l’on trouve les boutons de navigation qui Samsung aime tellement. Comme toujours, ils sont trois: deux boutons sensorielle et mécanique dans le milieu. Le contour de ce dernier est de l’argent, tel que le verre.

Nous trouvons des boutons similaires sur les bords, mais plus allongé argent annelés. Ils ont évidemment utilisés pour contrôler le volume (à gauche) et retirer le droit de (à smartphone veille). Sous ce dernier sont également deux tiroirs pour accueillir une carte microSD de NanoSim et un autre (jusqu’à 64 Go). Le support est inférieure à son tour occupée par le port microUSB, prise casque et un premier microphone pendant une seconde est positionné à l’opposé. Les bords sont légèrement biseautés vers l’arrière, où les rendements de métal à son argentée, de suivre la voie de la couverture légèrement arrondies aux extrémités.

Ce dernier est plat au centre, mais la caméra dépasse trop à notre goût. Il a néanmoins l’avantage de ne pas bloquer la libération de l’orateur, juste à droite lorsque le flash est à gauche, lorsque le smartphone est posé à plat. Donc, il ya une certaine logique dans cette conception, ce qui semble vraiment avoir soigné chaque détail Samsung. Il est également estimé à saisir, grâce aux belles arêtes arrondies et l’assemblage parfait. Ceci est en fait le travail agréable. Est évidemment une taille imposante de peu, mais il va de pair avec le confort visuel.

Galaxy Et A7 certainement ne déçoit pas dans ce domaine. L’écran est grand, 5,5 pouces, et bien définies, 1920 1080 x pixels. Le résultat est une résolution honorable 400 pixels par pouce qui va profiter de tout type de contenu avec l’avantage supplémentaire d’angles et de visions ouverts éclantantes couleurs qui must pour AMOLED Super Samsung technologie et une bonne luminosité de la dalle. En bref, nous avons conquis.

Ceci est évidemment Android occupe cette version de l’écran 4.4 KitKat. Il est pas le plus récent, mais il doit toujours se rappeler que le Galaxy A7 a été officialisée en Janvier, tout a été fait rare Lollipop. Donc difficile de lui reprocher, en particulier une mise à jour est prévue. Qui a dit Samsung cours TouchWiz, également dit que nous trouvons avec sa profusion d’effets visuels qui rendent assez bien sur l’écran lumineux, et une interface légèrement différente de celle de Android.

L’écran de verrouillage est quelque peu épurée, avec le temps, la date et un raccourcis uniques pour la caméra. Un glissement et le bureau apparaît. Il est, comme toujours composée de plusieurs panneaux pour les raccourcis et widgets. Il ya jusqu’à huit, en comptant celle dédiée à Flipboard _50_ toute gauche. Il est le genre de la Blinkfeed Samsung sauf qu’il est pas l’éditeur. Néanmoins, cette solution est spécialement développé pour ses smartphones avec une interface agréable de présenter les dernières nouvelles par thème. Panneau Notez qui ne peut pas être remplacé par un autre avec des widgets.

Nous trouvons un panneau différentes notifications légèrement redessiné avec dix réglages rapides ci-dessus notifications et une section dédiée où ils sont présentés. Le multitâche est le gestionnaire de Galaxy Note 4 et rappellent un peu Lollipop avec des cartes qui défilent et des raccourcis vers le gestionnaire de mémoire et plus encore. Vous noterez également une petite icône à côté des noms étranges de certaines applications ouvertes. Ce sont ceux qui sont compatibles avec l’affichage multi-fenêtre, vous trouverez la liste complète avec un appui long sur la Retour.

Notons touche enfin à puce », Smart Stay tiens à garder l’écran de la présence d’un gestionnaire de thèmes, une interface simplifiée et des fonctionnalités sur alors qu’il est surveillé, avant d’arriver à des applications. Et oui, nous avons évidemment ne peut pas présent sans applications TouchWiz qui viennent avec lui, même si Samsung tend à réduire leur nombre au fil du temps. Si il garde évidemment sa main sur les applications du système, à la suite S est pas préchargé dans son intégralité.

Nous trouver S Planner pour le calendrier et S Voice pour les commandes vocales, mais S _64_ Il a également Galaxy et Apps Studio image. Autres ajouts découlant de partenariats: FlipBoard, déjà mentionnés, avec DropBox, 50 Go espace disponible pour deux ans, et Office Mobile. Et Samsung efforts se font sentir sur la mémoire interne, y compris 9 Go restent disponibles pour l’utilisateur. Il est possible d’ajouter une carte mémoire (jusqu’à 64 Go).

L’interface est aussi fluide et réactif montré lors de notre test, ce qui est pas vraiment surprenant étant donné la configuration de la machine, nous savons déjà très bien. En effet, notre modèle est équipé d’un Snapdragon 615 nous avons traversé plusieurs fois pendant les tests précédents. Ceci est un rappel CPU 64 bits se compose de deux quad-core Un Cortex-A53. 1,5 GHz. est cadencé à L’autre, 1 GHz. Adreno 405 A et modem 4G Cat 4 sont également dans le lot, servi ici avec 2 de Go RAM. Notez que la plupart les concessionnaires ont la version sous Exynos 5430 (octa-core 1,8 GHz 32-bit, GPU sur l’architecture et le modem Mali T628MP6 4G Cat 6) étagère. Nous vous renvoyons à notre test Galaxy Alpha de voir ce que cette puce dans le ventre.

Notre modèle d’essai, en Snapdragon est donc probablement pas la plus puissante des deux, mais il ne sort pas si mal, avec l’avantage de profiter Lollipop lorsque la mise à jour sera déployée. Quant aux points de repère, nous rencontrons des scores assez habituelles particulièrement reflétant la performance moyenne de GPU perçue. Comprendre que la plupart des applications se déroulera mais il sera satisfait de graphiques moyens sur le plus de ressources, comme Modern Combat Nous 5. ont cependant été capable de bien jouer Galaxy126__ Trigger avec les meilleurs et sans ralentissements gênants fois passées ceux début de graphiques.

Mais nous avons été agréablement surpris par le lecteur vidéo qui supporte les sous-titres et de nombreux codecs qui décodent CPU facilement jusqu’à Full HD pour permettre de profiter pleinement de la belle écran. Dommage toutefois certains codecs audio sont manquantes, comme DTS ou AC-3. Le AAC ne passe pas tout le temps non plus, mais l’installation d’un autre lecteur devrait être en mesure de combler ces lacunes. Il serait dommage de ne pas donner une chance à l’orateur Galaxy A7, en fait assez bien placé dans le dos et capable de produire un son clair et puissant.

Finissons avec la photo, ce qui devrait être une formalité puisque le Galaxy A7 embarque exactement le même équipement que le Galaxy A5 testé en Février. Il comprend une principale 13 mégapixels appareil photo avec flash LED, associé à un appareil photo 5 mégapixels et une application assez complète avec juste assez de réglages manuels pour la sensibilité de pirates, la balance des blancs et le mode de mesure autofocus) et des modes intelligents pour l’auto moins aventureux (Scènes, HDR, nuit , panorama, selfies). Il a même un mode pour GIF facilement créer de courtes animations. Le tout servi dans une interface pas forcément très joli mais assez intuitif.

Pas de surprises, soit avec les résultats. Les clichés sont généralement fine et détaillée avec très peu de bruit et des couleurs assez naturelles. Nous avions encore quelques problèmes avec l’exposition automatique lorsque l’éclairage était vraiment difficile, mais la mode HDR a toujours réussi à changer les choses. Nous parlons évidemment images jour et à l’extérieur. Le niveau de détail de toute évidence avec une luminosité plus faible, mais pas nécessairement aussi rapidement. Les résultats sont souvent tout à fait correct.

Le Galaxy A7 est certainement pas un mauvais téléphone intelligent lui-même. Nous avons particulièrement aimé le design, l’écran et la caméra. Les performances sont, à leur tour, dans la moyenne. Il est l’évocation du prix que les choses vont mal dans notre modèle un peu moins de Snapdragon. Ce sous Exynos fait peut-être mieux, mais depuis que nous avons pas eu le plaisir de jouer avec, cela reste à être confirmé.

450 €, Est 200 € de plus que pour One de OnePlus, son principal rival avec une configuration beaucoup plus robuste, ou l’Idol 3 Alcatel OneTouch offrant des performances équivalentes. Sans parler de la MX4 de Meizu ou ZenFone 2 Asus, à peine plus cher que les modèles que nous venons de citer.

Et si elle est la conception de cette prime, alors pourquoi ne pas opter pour le Ascend Mate 7 Huawei, un peu mieux équipé pour le multimédia et équipé d’un lecteur d’empreintes digitales pour un prix très similaire. En bref, Samsung aventurés ici sur un segment déjà bien fourni et ses arguments sont parfois un peu plus léger.

Author: Daniel

Partager cet article sur