Essai bq Aquaris E4.5 Ubuntu Edition : nouveau, vieux et incomplète

Nous avons appris à connaître bq fin de l’année dernière quand il est arrivé sur le marché français. Deuxième contact avec la marque espagnole avec ce Aquaris E4.5 animé par le système d’exploitation Ubuntu Touch. Une combinaison qui manque clairement d’ambition à la fois dans Canonical que bq.

Prenez un smartphone d’entrée de gamme sous Android. Remplacer Google système d’exploitation par celle d’un nouvel entrant qui a eu du mal à convaincre tous les fabricants. Et vous obtenez le Aquaris E4.5 Ubuntu Edition, un smartphone vendu euros 170 sans subvention opérateur et présenté par les deux bq et Canonical partenaires.

Une association qui pourrait faire des étincelles: d’un côté la «ibérique », Wiko en mesure d’offrir des configurations honnêtes pour un prix de budget. D’autre part, le grand spécialiste Linux et champion de l’open source, soutenus par une communauté de développeurs jusqu’au-boutiste. Et comme vous le dites à la fois, le résultat est plutôt l’effet du pétard mouillé que le feu d’artifice.

Comme les nombreux retours négatifs Inde Z1, Samsung le premier smartphone Tizen, la principale raison de ce faux départ est la fiche nettement en dessous des normes actuelles, même dans cette gamme de prix. Comment justifier 170 euros, il y aura pas d’écran ou 720p, 4G, 64-bit (et connexion ou chipset qui ne sont pas ce qui manque à MediaTek)? Impossible en effet de comparer ce smartphone à un G ou même un Moto Moto 4G. E Il est décevant de constater que les constructeurs sont encore très prudents avec la nouvelle OS. Car si Ubuntu est vraiment nouveau, le mobile est … vraiment vieux. Passons en revue la feuille de données :

De nombreux points nous gênent dans cette fiche de données, en particulier vis-à-vis de la concurrence. Modeste, oui. Dépassé, aussi. À une époque où la concurrence dans le segment d’entrée de gamme fait rage entre Microsoft qui multiplie les nouveaux modèles, Motorola essayant d’imposer une nouvelle norme ci-dessous les euro 200 et de nombreux acteurs chinois preuve d’ambition décomplexée, bq Canonical et donner l’impression d’un décalage avec le la réalité du marché. Et cela commence avec la poignée.

Visuellement très proche Aquaris de l’année dernière, qui Aquaris E5 4G testé dans nos colonnes cet hiver, l’Aquaris E4.5 reprend lignes carrées et quelques amendes toute la gamme de l’Espagnol. Comme son grand frère, le Aquaris E4.5 est un modèle qui donne une impression de solidité au détriment d’une conception plutôt banale (même si, dans la réalité, il doit avoir été mûrement réfléchi). La structure mobile est identique à l’avant de la dalle surmontée d’une zone tactile qui est ici puisqu’Ubuntu handicapés pas réellement utiliser. Conséquence: la taille de la frontière dessous de l’écran est trop grand. Ceci est évidemment un résultat de la réutilisation d’un modèle Android pas tout à fait convenable. Il serait préférable de proposer un modèle où les touches de navigation Android sont intégrés dans l’interface, comme dans Motorola.

À l’arrière, pas de surprise: sensor Haut photo de gauche avec double flash LED matt polycarbonate châssis qui ne retient pas les empreintes digitales des doigts. Sur les tranches, on retrouve la même configuration que la Aquaris E5: le port microUSB et le haut-parleur en bas, deux tiroirs pour SIM cartes sur la gauche, boutons (volume équipement et la mise en service) sur la droite, le port microSD et une prise 3,5 mm en haut . Vous remarquerez que le Aquaris E4.5, le slot microSD est pas un tiroir, mais un piège simple où vous devez pousser la carte mémoire jusqu’à ce qu’elle engage avec un mécanisme à ressort.

Une fois en main, le mobile offre une légèreté surprenante étant donné son aspect visuel qui donne l’impression du contraire. Si la construction du smartphone, en moyenne, est plutôt bonne, sans jeu apparent, Aquaris E4.5 fournit aucune prime sentir à sa préhension. Lors du test de Aquaris E5 nous avions fait la même observation. Cela se ressent même ici. D’autant plus que la dalle de verre Dragontrail est nettement moins qualitative que Gorilla Corning. Elle manque de glisser sous les doigts et nous soupçonnons d’être l’une des causes de la visibilité réduite de l’écran à la lumière brillante.

Pour l’écran, avec une résolution de 240 points par pouce, ne fait pas un point de ce smartphone forte. Cette dalle IPS ne bénéficie pas, comme Aquaris E5 Quantum Color +. rétroéclairage En effet, l’image affichée est beaucoup plus fade. Si le taux constrate est moyenne, la luminosité est un peu plus faible et les couleurs manquent de pep. Les Angles de vision ne sont pas très ouverts. Et bien sûr, les pixels sont visibles à l’œil nu, qui participe à l’impression mitigée.

Leur Commune? En essayant d’offrir une nouvelle expérience sur le mobile avec des gestes uniques et parfois une simplification excessive qui complique paradoxalement la première prise en main. (instaurées En habitudes difficiles par des acteurs désormais établies) Ubuntu rend l’accès à certaines fonctions confondues. Il n’y a pas exemple plus emplacement équivalent à un bureau où il est possible d’organiser et d’appropriation de l’environnement.

Les montants de maisons mobiles à un fourre-tout application appelée ‘aujourd’hui ». Elle réunit une demi-douzaine de thèmes et tableaux souvent redondantes. Le First est un résumé de la journée (calendrier, météo, les appels et les messages récents, nouvelles). Le Seconde est appelée «Nearby» et propose la météo, quelques bons endroits avec Yelp, concerts, des photos de monuments avec des tierces Flikr.

Le répertorie toutes les applications. Vous remarquerez, que sur Firefox OS, une multitude d’applications pré-installées. Si certains d’entre eux sont vraiment, d’autres, qui sont la majorité, comme le sont des liens vers des pages Web HTML5. Vous noterez également une certaine plagiat à côté de quelques icônes, comme la calculatrice qui nous rappelle étrangement celle de iOS. Par ce troisième panneau vous arrivez à la «Ubuntu Magasin », qui brille par son vide relatif.

Comme WebOS, Bada, Tizen Firefox OS, ou l’application de cette boutique OS identifie un nombre limité de logiciels et de jeux, dont certains ne sont pas légitimes. Par exemple, nous avons vu plusieurs clones Flappy Bird, dont deux portant le nom de l’original. Et aucun ont été publiés par son créateur légitime Dong Nguyen. Et, évidemment, aucun outil de référence habituelle a été proposé. D’où l’absence de ce sujet pour ce test.

Le Quatrième panneau est appelé «Actualités ». Comme son nom l’indique, il propose une sélection de nouvelles à partir de sources d’information installées sur le mobile. Bon bq espagnol a pris soin d’offrir certains des grands médias ibérique (Cinco Dias, El Jueves, El Pais), et certaines sources et technophiles (Engadget CNet). Le Monde, Libération, Pour Les Échos, iTele, TF1 ou Europe 1, L’Équipe, faudra repasser.

Les Trois derniers panneaux aujourd’hui respectivement avec musique, vidéo et photo. Pour chacun de ses trois domaines, vous avez le choix des sources d’acheter ou de contenu d’accès: 7digital, Soundcloud, Grooveshark (qui simplement disparaître), et YouTube, Vimeo Flikr. Vos comptes sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram, Facebook) sont pris en charge.

Notez que la gestion de ses panneaux de menu existe. Il est accessible en faisant glisser votre doigt de l’écran de bas en haut. Vous obtenez une liste de ces panneaux installés et disponibles. Avec elle, vous pouvez ajouter ou supprimer des panneaux (même ‘Aujourd’hui »). Tous ceux mentionnés ci-dessus sont concernés sauf un,’ Applications », qui est le seul qui ne soit pas désactivée. Vous trouverez dans ces panneaux disponibles (réseaux certaines des applications sociales préinstallés, les sources d’information, les magasins de vente en ligne, etc.), mais aussi d’autres panneaux thématiques: shopping, sports, messagerie, etc. Il est dans ce menu que vous personnalisez votre téléphone portable, même si visuellement l’interface ne change pas beaucoup.

À l’arrivée dans le Ubuntu Touch, OS explique trois mouvements important de savoir qui est de faire glisser de l’un des côtés de l’écran vers le centre. Le Abord, venant de la droite, utilisé pour accéder au multitâche et basculer ou fermer une application en cours. Ce ressemble à celle de WebOS pour ceux qui connaissent et (ainsi qu’iOS Android qui a ramassé l’idée), avec le glissement vignette jusqu’à. Carte aujourd’hui, comme Windows, Explorateur ne ferme jamais.

Le Deuxième mouvement, de la gauche, ouvre une petite fenêtre latérale pour accéder à des raccourcis ou dos à Aujourd’hui Ubuntu en touchant l’icône. Pour épingler une application, il suffit de l’ouvrir, ouvrir le panneau et d’effectuer un appui long sur l’icône. Vous avez alors la possibilité d’épingler, comme sous Windows. Si vous avez beaucoup de raccourcis, ce menu soutient glisser vers le haut ou vers le bas pour faire défiler les icônes. Mais puisque vous avez un panneau de Application il est impossible de se cacher, de surcharger ce menu est inutile. Surtout depuis que vous pouvez choisir les applications de panneaux comme à la maison Aujourd’hui (et et rappeler le sentiment d’une Android. ..).

Dernier mouvement du haut vers le bas de l’écran pour ouvrir un menu qui sert de zone de notification que l’accès à des réglages rapides. Balayez vers la gauche et la droite pour accéder aux différents articles de cette région. Le Plus intéressant ici est l’accès rapide à la liste des fichiers récents reçus sur le mobile. Une caractéristique qui rappelle où Ubuntu: PC.

Les Applications préinstallées sont nombreux, comme nous l’avons remarqué ci-dessus, mais parmi eux sont des raccourcis vers HTML5 interfaces qui ne comptent pas vraiment que des applications. Tel est le cas d’eBay, Amazon, de Facebook, de Gmail, de Here Maps Twitter. Les systèmes ou applications qu’ils sont tout à fait légitime, et l’Cut Rope de Zeptolab, proposé ici comme une version d’essai. Curieusement, bien que OS semble assez vide, l’ensemble pèse plus de 2 Go. Sur un mémoire 6,8 Go disponibles, le fait demeure que peu plus de 4 Go pour l’utilisateur.

Concéder lui, malgré la petite taille de la plate-forme de Aquaris E4.5, Ubuntu Touch reste relativement fluide, même si les applications et les connexions réseau sont plus lents à lancer. Pour les applications HTML5, nous constatons qu’ils prennent beaucoup de temps à charger. En dehors de quelques accidents survenus au cours de l’essai, en particulier avec le clavier tactile. Dans l’ensemble, la propriété conviendra à ceux qui ne veulent pas nécessairement aller dans les paramètres et l’extrême personnalisation de leur téléphone mobile, mais qui veulent quelque chose de fonctionnel. Ils seront également montrer relativement patients avec Ubuntu Touch.

D’autant que ce ne sont pas pour un usage multimédia que vous souhaitez acheter ce mobile. Les Jeux sont rares et, outre l’excellent Cut l’Rope, inintéressante (quand ils ne sont pas hacks sans vergogne). Nous sommes évidemment déçus par le choix de Dragontrail pour protéger l’écran tactile, car il offre moins de glissement qu’avec Gorilla lunettes. Et donc une expérience plus pauvres.

Aussi dans le multimédia, le smartphone accepte les formats les plus courants, avec quelques restrictions sur les codecs. Nous avons par exemple pas lire la moitié des vidéos de notre panel de test. En outre, des vidéos qui ont été acceptés par le lecteur par défaut n’a pas été immédiatement reconnu. Une expérience qui nous rappelle les restrictions de iOS si ennuyeux et Windows Phone. Malheureusement ici aucune application est disponible dans le Magasin Ubuntu pour remplacer …

Sur la photo, à la fin, nos premières photos sont révélés très décevants. Il faut dire que la pluie a été invité lors de nos tests, qui ne facilitent pas la vie du capteur photo Aquaris E4.5. En fin d’après midi, le soleil est de retour, nous avons réalisé une deuxième session de photo. Et le résultat a été trouvé nettement mieux. Bien que les couleurs vers le jaune, offrant une scène qui manque de contraste, l’APN se porte mieux que prévu. Toutefois, cette deuxième session confirme l’une de nos premières impressions: le capteur est incapable de gérer finement la luminosité de la scène: il est noir ou il est blanc. La preuve en est: aucun nuage visible dans le ciel surexposé alors que le magasin vitrine encastrée est plongé dans l’obscurité. L’image de droite est encore plus évident: le bâtiment se trouve juste en face obscure pour compenser la luminosité des nuages ​​qui sont finalement tirés.

Et que dire de l’interface de la caméra, qui ne comporte pas de régler le flash (non, est activé, le HDR, positionnement géographique ou de la minuterie ne peuvent pas être considérés comme un paramètre)? Un niveau de grille, que l’excentricité, est proposé. Elle Utilisé pour cadrer les photos, si vous avez des problèmes avec l’horizontale. Il peut servir. Nous aurions aimé un peu plus de détails dans les réglages pour compenser les lacunes du processeur du capteur et de l’image.

En conclusion, ce premier contact avec Ubuntu Touch est doublement décevant. En premier lieu, le système d’exploitation sait charges réelles, à la fois dans son cadre et de son utilisation. Oui, il ya des ralentissements, malgré une promesse de légèreté qui reste théorique. Non, il n’y a pas suffisamment d’applications pour fournir la même richesse d’utilisation comme Android. Impossible de le nier, même en se concentrant sur les quelques bonnes idées proposées. Même en admettant l’état de mise en œuvre de services simples Web.

Puis Ubuntu Touch est desservi par un smartphone qui est absolument pas le prix demandé: 170 euros. Les Mobiles sous Firefox OS sont moins chers et parfois mieux. La concurrence dans Android est beaucoup mieux équipé tout en étant moins cher. Comment font-ils attendent deux partenaires imposent (ou offrent même) une nouvelle OS, aussi intéressante qu’elle est, avec une telle démarche avec les réalités du marché?

Author: Daniel

Partager cet article sur